Passer au contenu de cette vue

Qualité de l'Air Intérieur : Ventiler pour un air sain

La qualité de l’air intérieur (QAI) devient une préoccupation sociétale croissante, dans la mesure où nous passons plus de 80% de notre temps dans des environnements intérieurs et que les impacts sanitaires et socio-économiques des polluants intérieurs sur l’homme sont avérés.

Il est admis que deux stratégies complémentaires permettent de traiter l’air intérieur et de l’assainir de manière efficace : réduire au maximum les sources de pollutions intérieures et diluer, ou évacuer, la pollution existante par le ventilation.

Comprendre les mécanismes biologiques, physiques et chimiques des polluants de l’air intérieur est nécessaire pour pouvoir les traiter de manière adaptée, au regard de leurs spécificités et des réglementations existantes. D’autre part, des taux de renouvellement d’air trop importants peuvent dégrader significativement la performance énergétique des bâtiments et induire des consommations importantes. Enfin, au delà de l’aspect sanitaire ou de confort pour les occupants, la ventilation joue aussi un rôle essentiel pour la préservation du bâti, notamment vis-à-vis des pathologies constructives liées à l’humidité pouvant intervenir sur les ouvrages.

Ainsi, traiter la QAI par la réduction des sources et l’optimisation de la ventilation est une approche complexe, qui permet de répondre à des problématiques antagoniques de confort et de santé, pour les occupants, et d'économies d’énergie et de gestion du patrimoine immobilier, pour les gestionnaires. Il s’agit d’une approche transversale, qui implique de très nombreuses interactions entre tous les acteurs de la chaîne de la construction, des concepteurs (maîtres d’oeuvre), aux installateurs et à la maintenance.

S'inscrire